wolf

Types de chauffage : vous avez le choix !

Aujourd'hui, choisir un système de chauffage nécessite de considérer d'abord les systèmes de chauffage utilisant des énergies renouvelables comme la pompe à chaleur. Plus souvent mis en avant avec des prix d'achat élevés, ces systèmes à énergies renouvelables sont très vite amortis en comparaison avec les systèmes de chauffage à énergie fossile. En France, où les coûts d'électricité restent élevés, opter pour des solutions de chauffage efficientes est d'autant plus crucial. En raison des coûts élevés de l'électricité, les solutions de chauffage telles que les pompes à chaleur offrent une alternative économique et écologique, même si l'investissement initial peut sembler plus important. Les subventions mises en place par l’Etat permettent de réduire le reste à charge. Bien entendu, chaque individu est libre de choisir le système de chauffage qui répond le mieux à ses besoins. Avec cet article, vous trouverez un aperçu des systèmes de chauffage les plus connus afin de faciliter votre recherche.

Qu'est-ce qu'un système de chauffage et quels sont les différents types de chauffage ?

Dans tout bâtiment, le système de chauffage est un élément essentiel de la domotique. Il veille à ce que les personnes qui l'occupent bénéficient à tout moment d'un environnement à bonne température et d'une quantité d'eau chaude suffisante.

Un système de chauffage se compose de plusieurs éléments, dont la pièce maîtresse est toujours le générateur de chaleur, c'est-à-dire l'appareil qui produit la chaleur. Ensuite, vient le système de distribution de la chaleur à l'intérieur du logement. Cette distribution se fait par le biais du circuit de chauffage et des radiateurs ou bien par le biais d'un chauffage de surface comme le chauffage au sol. Dans ce cas, le système de distribution doit être adapté au générateur de chaleur. Il arrive qu'un accumulateur de chaleur fasse également partie du système de chauffage.

On peut sommairement classer les principaux types de systèmes de chauffage en trois catégories : les systèmes à énergie fossile, les systèmes à énergie renouvelable et les systèmes hybrides.

1) Les systèmes de chauffage fossiles sont particulièrement répandus dans les bâtiments existants

Plus de la moitié des foyers français utilisent un système de chauffage qui produit de la chaleur à partir de combustibles fossiles, comme du gaz ou du fioul. En plus de fournir de la chaleur, ce processus produit du dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre qui contribue le plus au phénomène de réchauffement climatique. Par ailleurs, les prix du gaz et du fioul sont soumis à de fortes fluctuations et ne cessent même d'augmenter. Par conséquent, le passage à un chauffage à énergie renouvelable en vaut doublement la peine, à la fois sur le plan financier et sur le plan climatique.

2) Les énergies renouvelables ont le vent en poupe dans tous les secteurs

En France, la transition vers des systèmes de chauffage renouvelables dans les nouvelles constructions a connu une progression, mais n'a pas été instantanée ni universelle. Près de la moitié des nouvelles maisons construites en 2020 sont chauffées grâce aux énergies renouvelables.

 

Avec l’imposition de nouvelles réglementations françaises, posant des règles de performance énergétique stricte, elles incitent fortement à l'utilisation de systèmes de chauffage à énergie renouvelable. De plus, le marché offre aujourd'hui des alternatives techniquement très abouties aux combustibles fossiles.

 

La pompe à chaleur s’impose comme le mode de chauffage privilégié dans les nouvelles constructions, elle équipe une nouvelle construction sur deux. Il existe d'autres sources de chaleur renouvelables telles que l'énergie solaire thermique et la biomasse. Ces systèmes de chauffage écologiques peuvent tout aussi bien être utilisés dans les bâtiments anciens et ce, plus souvent qu'on ne le pense a priori.

3) Les systèmes hybrides : une alternative rare

Il existe également des systèmes dits « hybrides » qui combinent plusieurs générateurs de chaleur.

 

Les systèmes de chauffage hybrides peuvent être entièrement composés de sources de chaleur issues de sources renouvelables et combiner les points forts de celles-ci (chauffage hybride ENR). On peut citer par exemple la combinaison de l'énergie solaire thermique et d'une pompe à chaleur.

 

Pourtant, les systèmes de chauffage hybrides associent souvent une partie fossile et une partie renouvelable. Dans ce cas, les pompes à chaleur sont généralement combinées avec des chauffages au fioul et au gaz : une solution assez peu judicieuse. Contrairement aux idées reçues, une pompe à chaleur chauffe de manière plus efficace qu'un chauffage au fioul ou au gaz. Avec ce type de combinaison, le chauffage conventionnel ne sert souvent que de substitut en cas d'urgence (par exemple, lorsque la pompe à chaleur tombe en panne).

 

Bien entendu, il existe bien d'autres options pour chauffer votre maison. Parmi les plus courantes, on retrouve : le chauffage urbain, la centrale de cogénération, le chauffage par pile à combustible et le chauffage électrique.

 

Voici une brève présentation de tous les systèmes.

Chauffage au fioul : une solution inadaptée à long terme

Le chauffage au fioul ne requiert aucune condition particulière sur le plan de la construction (à part la place pour la cuve). Il permet également d'atteindre des températures de départ très élevées. Comme pour tous les systèmes de chauffage, cette méthode se fait toutefois au détriment de l'efficacité.

 

Le chauffage au fioul n'est pas non plus exigeant en termes d'infrastructure. Il n'a besoin ni d'une conduite de gaz ni d'un réseau de chauffage urbain. La facilité d'installation et les faibles coûts d'acquisition constituent un autre avantage du chauffage au fioul. Si vous optez pour ce chauffage, vous devez compter avec un investissement d'environ 11 000 à 16 000 euros, montage et réservoir d'eau chaude compris. Il faut ajouter à cela le coût d'une cuve à fioul qui varie entre 2 000 et 3 000 euros. Les inconvénients du chauffage au fioul sont les émissions élevées de CO₂, l'encombrement de la cuve à fioul et les frais de fonctionnement très élevés. Ces coûts dépassent rapidement les coûts d'une pompe à chaleur et sont même plusieurs fois supérieurs.

 

Un chauffage au fioul ne doit toutefois pas nécessairement utiliser un combustible fossile. Le biofioul (F30) ou le combustible synthétique produit à partir d'énergies renouvelables peuvent également être utilisés dans une certaine mesure. Reste à savoir si ces combustibles alternatifs permettent de vraiment diminuer les émissions de CO₂.

Chauffage au gaz : particulièrement économique à l'achat

Le chauffage au gaz fonctionne également dans tous les bâtiments. Il suffit de disposer d'un raccordement au gaz ou d'une citerne de gaz liquide. Les chauffages au gaz sont encore plus faciles à installer que les chauffages au fioul, car ils ne nécessitent pas de citerne à fioul dans la cave. Le chauffage au gaz se place également en tête en termes de coûts d'acquisition, avec 7 000 à 12 000 euros (installation et réservoir d'eau chaude inclus).

 

Là encore, la méthode de chauffage a été développée de manière à être plus performante, moins énergivore, pour donner la chaudière à gaz à condensation. Il existe deux principaux types de chaudières gaz à condensation :

 

●     les chaudières murales : plus compactes et adaptées aux espaces restreints

●     les chaudières au sol : convenant mieux pour des besoins de chauffage plus importants.

 

Les chaudières gaz à condensation présentent l'avantage de récupérer la chaleur contenue dans les fumées de combustion, ce qui les rend plus efficaces et moins énergivores.

 

Malheureusement, utiliser du gaz pour le chauffage reste une méthode très polluante qui génère des frais de fonctionnement élevés. Toutefois, des évolutions prometteuses se dessinent. Comme la chaudière à fioul, le chauffage au gaz peut également être envisagé sans émission de CO₂. Le biométhane ou le gaz produit à partir d'énergies renouvelables pourraient remplacer le gaz naturel à l'avenir. Les systèmes de chauffage qui brûlent de l'hydrogène constituent une autre alternative. Dans ce cas, seule de l'eau est produite comme gaz d'échappement. Il existe déjà sur le marché des chaudières à gaz capables de brûler de l'hydrogène. Mais tant que cette méthode ne sera pas largement accessible, ces produits resteront des produits de niche.

 

En somme, bien que le chauffage au gaz présente des avantages en termes de coûts initiaux et de facilité d'installation, ses inconvénients en matière de pollution et de frais d'exploitation poussent les consommateurs et consommatrices à se tourner vers des alternatives plus écologiques et économiques à long terme, telles que les pompes à chaleur, les systèmes solaires ou les chaudières fonctionnant à partir d'énergies renouvelables, en vue de réduire leur empreinte carbone et de réaliser des économies substantielles sur le long terme.

 

De plus, dans le cadre des initiatives environnementales et énergétiques, le gouvernement français s'est engagé à réduire progressivement, voire à terme, l'utilisation du fioul et du gaz pour le chauffage, encourageant ainsi davantage l'adoption de solutions de chauffage plus durables et à faible émission de carbone pour répondre aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre et à la transition vers des sources d'énergie plus respectueuses de l'environnement.

wolf

Gamme CGB-2

Les chaudières gaz à condensation de la gamme CGB-2 WOLF couvrent l’ensemble des technologies de type gaz à condensation : de la seule chaudière au gaz aux modèles avec ballon d’eau chaude intégré en passant par les chaudières murales mixtes.

Pompe à chaleur : une possibilité très efficace type de chauffage

La pompe à chaleur fait partie des systèmes de chauffage qui fonctionnent sans combustion. Elle puise gratuitement la chaleur dans l'environnement : l'air, le sol ou la nappe phréatique. Le chauffage par pompe à chaleur ne produit donc pas d'émissions de CO₂ ou d'autres gaz d'échappement. Le chauffage par pompe à chaleur permet également d'économiser entièrement les frais liés aux conduits d'évacuation et à leur l'entretien (comme dans le cadre du contrôle des gaz d'échappement ou du ramonage des cheminées) mais aussi de nécessiter que très peu de frais de fonctionnement (liés à la consommation d’électricité).

 

En termes d'avantages, les pompes à chaleur modernes offrent une fiabilité de chauffage pour les bâtiments existants tout au long de l'année. Seuls des cas très rares, comme dans des bâtiments anciens et très mal isolés, où la température de départ de 55°C peut ne pas suffire. Une rénovation complète du bâtiment n'est souvent pas nécessaire pour rendre le bâtiment compatible avec une pompe à chaleur. Seules quelques petites mesures suffisent généralement.

 

En plus de la qualité WOLF et de la garantie 5 ans pour nos produits, les pompes à chaleur sont généralement reconnues pour leur longue durée de vie. Une pompe à chaleur bien entretenue peut généralement fonctionner sans problème pendant environ 15 à 20 ans. Sans combustion, l'usure des composants internes est réduite. Les progrès technologiques qui ne cessent d’évoluer, aident ces systèmes à devenir des solutions durables pour le chauffage et la climatisation des bâtiments.

Malgré ses avantages, les pompes à chaleur impliquent des coûts initiaux relativement élevés, variant aux alentours de 20 000 euros (installation et réservoir inclus). Pour les pompes à chaleur à eau et géothermiques, des coûts supplémentaires peuvent survenir lors de l'installation en raison des travaux nécessaires. Dans le cadre du développement des énergies renouvelables et de la transition énergétique, des aides financières pour l’achat et l’installation d’une pompe à chaleur peuvent néanmoins être disponibles au niveau local ou national. N’hésitez pas à consulter MaPrimeRénov, car le montant des subventions peut être plus élevé si vous isolez votre maison (en prenant soin des fenêtres, des murs, du toit, etc.).

 

Il existe différents types de pompes à chaleur, chacun ayant ses spécificités :


 

  • Pompes à chaleur aérothermiques (air/air) : les plus simples et économiques, elles ne nécessitent pas de travaux de terrassement. Ce système est donc très flexible et largement répandu.

  • Pompes à chaleur air/eau: elles puisent la chaleur de l'air extérieur pour chauffer un circuit d'eau utilisé qui circule ensuite dans le bâtiment.

  • Pompes à chaleur eau/eau : ces systèmes puisent la chaleur dans une source d'eau, comme une nappe phréatique, pour chauffer un circuit d'eau dans le bâtiment.

  • Pompes à chaleur géothermiques : elles utilisent la chaleur stockée dans le sol pour chauffer un fluide, utilisé ensuite pour le chauffage.


 

Chaque type de pompe à chaleur présente ses propres avantages et inconvénients, nécessitant une évaluation attentive en fonction des besoins spécifiques du bâtiment et des conditions environnementales. Demandez conseil à un expert WOLF près de chez vous !

wolf

Pompe à chaleur air/eau FHA

Particulièrement économique et convaincante en termes de performances - voici la pompe-à-chaleur monobloc FHA. La pompe à chaleur air/eau assure un climat intérieur sain tout au long de l’année.

Solaire thermique : le soleil, c'est gratuit !

L'énergie solaire thermique peut être utilisée pour chauffer la maison partout où le soleil brille en abondance sur le toit ou la façade ou pour la production d’eau chaude sanitaire. Le chauffage solaire ne produit aucune émission et les rayons du soleil sont gratuits. Une installation solaire thermique est donc particulièrement respectueuse de l'environnement. Un système solaire thermique destiné uniquement à la production d'eau chaude coûte entre 5 000 et 6 000 euros (réservoir et installation compris) alors qu’une installation pour l'eau chaude et le chauffage d'appoint entre 10 000 et 15 000 euros.

 

La performance optimale du système solaire thermique se produit lorsque les températures de chauffage sont basses. Cela peut sembler contre-intuitif, mais ça s'explique par le fonctionnement des capteurs solaires : lorsque leur température est élevée, les pertes de chaleur augmentent en raison de l'écart de température entre le capteur et l'environnement ambiant. Lorsque les températures extérieures sont basses, cet écart diminue, réduisant ainsi les pertes de chaleur et améliorant l'efficacité globale du système.

 

En fonction de la taille de l'installation solaire, il est possible de produire la majeure partie de l'énergie de chauffage nécessaire avec un système solaire thermique. En théorie, il est possible de se chauffer à 100 % avec l'énergie solaire thermique, mais cela coûte cher dans la plupart des cas, ce n'est pas rentable. C'est pour cette raison que le système solaire thermique est presque toujours utilisé dans un système de chauffage hybride, sur lequel nous reviendrons plus tard en détail.

Biomasse : le bois, un combustible traditionnel

Les experts qualifient principalement les chauffages biomasse de chauffages au bois, car les chauffages au fioul utilisant le biofioul comme combustible sont rares. De nos jours, les chauffages à pellets fonctionnent entièrement de manière automatique. Avec la chaudière bois à gazéification, vous devez en revanche remettre des bûches de manière tout à fait traditionnelle et cela vaut aussi pour le poêle à bois.

 

La combustion du bois produit plus de polluants, et surtout plus de particules fines que la combustion du gaz. Bien qu'en théorie, un chauffage au bois puisse être neutre en termes de CO₂, le processus de renouvellement des arbres qui se cache derrière est très lent. Par conséquent, le chauffage au bois paraît généralement plus respectueux de l'environnement qu'il ne l'est en réalité.

 

Les chauffages à pellets coûtent entre 25 000 et 40 000 euros (montage et réservoir d'eau chaude compris). À cela s'ajoutent les coûts liés au stockage des pellets et à l'équipement nécessaire au transport entre le stockage et la chaudière à pellets, qui s'élèvent à environ 4 000 euros. Pour un poêle avec un réservoir d'eau et un ballon tampon, il faut compter un investissement de 6 000 à 12 000 euros. En règle générale, un poêle-cheminée ne chauffe pas la maison tout seul, mais est intégré à un système hybride.

Chauffage hybride : une solution intéressante pour les bâtiments existants ?

Un poêle-cheminée combiné à un chauffage au gaz ou au fioul peut être considéré comme une forme traditionnelle de chauffage hybride. Chaque élément du système de chauffage est alors indépendant. Aujourd'hui, les chauffages hybrides modernes combinent les générateurs de chaleur de manière plus intelligente.

 

La pompe à chaleur est par exemple particulièrement efficace lorsqu'elle est combinée à l'énergie solaire thermique. La pompe à chaleur ne prend alors le relais que lorsque l'installation solaire thermique ne fournit pas suffisamment d'eau chaude pour le chauffage. Ainsi, l'énergie gratuite du soleil est toujours utilisée de manière optimale. Cela réduit les émissions de CO₂ mais aussi les frais de chauffage. Les pompes à chaleur fonctionnent également de manière très efficace lorsque la température de départ est élevée (autour de 55°C).

 

Si votre bien immobilier est déjà très ancien, très mal isolé et ne se prête pas à l'utilisation d'une pompe à chaleur comme générateur d'énergie principal, vous pouvez aussi compléter la pompe à chaleur par un chauffage conventionnel. Dans ce cas, la pompe à chaleur vous fournit presque toujours une énergie bon marché et le chauffage conventionnel prend le relais lorsque les températures descendent en dessous de zéro.

 

Les systèmes de chauffage hybrides nécessitent une installation plus complexe que les systèmes de chauffage qui ne comportent qu'un seul générateur de chaleur, d'où des coûts plus élevés. En règle générale, les systèmes hybrides ne sont donc pas recommandés car ils peuvent presque toujours être remplacés par une pompe à chaleur classique qui chauffe le bâtiment existant tout au long de l'année.

Chauffage urbain : réseau de chaleur sans générateur de chaleur propre

Avec le chauffage urbain, le système de chauffage ne nécessite aucun générateur de chaleur. Seule une station de transfert se trouve dans la maison. L'espace nécessaire au chauffage est donc réduit. Les coûts d'un raccordement au chauffage urbain sont relativement raisonnables (environ 5 000 euros) et vous n'avez guère à vous soucier de l'entretien.

 

Cependant, le chauffage urbain présente quelques inconvénients :

 

Pour commencer, il faut disposer d'un réseau de chauffage urbain.

Par ailleurs, de nombreux réseaux de chauffage urbain sont majoritairement alimentés par de la chaleur produite à partir de charbon, une énergie peu respectueuse de l'environnement.

 

Comme pour l'électricité, les coûts du chauffage urbain se composent d'une taxe de base et d'un prix de travail, généralement plus élevé que pour les autres systèmes de chauffage.

À cela s'ajoute le fait que vous ne pouvez pas changer de fournisseur de chaleur, car celui-ci occupe une position de monopole.

 

Si, à l'avenir, le chauffage urbain repose en priorité sur une chaleur exempte de CO₂, il pourra apporter une contribution importante à la protection du climat partout où une rénovation complète est impossible.

Chauffage électrique : attention aux coûts de l'électricité

Produire de la chaleur avec un chauffage électrique, cela permet de se passer de combustion et de chaleur ambiante car l'électricité est directement transformée en chaleur. Pour ce faire, on peut utiliser l'ancien accumulateur de chaleur ou, de manière plus moderne, la chaleur rayonnante infrarouge. Le chauffage électrique ne nécessite pas non plus de circuit de chauffage rempli d'eau. L'investissement est donc très faible (entre 4000 et 10 000 euros, installation comprise) et l'entretien est également minime pour ce type de chauffage.

 

Le plus gros inconvénient du chauffage électrique est sa forte consommation d'électricité, qui entraîne des coûts faramineux. Le chauffage électrique est également contre-productif en matière de protection de l'environnement, car chaque augmentation de la demande en électricité rend plus difficile le déploiement d'un nombre suffisant de panneaux photovoltaïques, d'éoliennes et d'autres sources d'énergie renouvelable pour la production d'électricité.

 

À titre de comparaison, une pompe à chaleur transforme un kilowattheure d'électricité en 4 à 6 kilowattheures de chaleur. En revanche, avec un chauffage électrique classique, il ne reste même pas 1 kilowattheure de chaleur par kilowattheure d'électricité, une fois les pertes déduites.

Centrale de cogénération : produire sa propre électricité

Les spécialistes considèrent les appareils qui produisent à la fois de l'électricité et de la chaleur comme des centrales de cogénération (CCG). La centrale de cogénération contient généralement un moteur diesel qui entraîne un générateur d'électricité. Avec cette technologie, également appelée cogénération, la chaleur est quasiment un « déchet » de la production d'électricité. Au final, la centrale de cogénération est également une forme de chauffage au fioul.

 

Une centrale de cogénération coûte entre 10 000 et 40 000 euros. À cela s'ajoutent régulièrement des frais d'entretien élevés. Cette solution n'est rentable que si, en tant qu'exploitant, vous réduisez considérablement votre facture d'électricité en produisant votre propre courant. C'est pourquoi la centrale de cogénération doit fonctionner le plus d'heures possible par an. Le problème : en été, la maison a besoin de peu de chaleur. Si la centrale de cogénération continue à fonctionner, vous gaspillez de l'énergie inutilement. C'est pourquoi ce système de chauffage est rarement utilisé chez les particuliers.

Chauffage à pile à combustible : plus d'électricité que de chaleur

Le chauffage par pile à combustible est une forme de cogénération particulièrement efficace. La pile à combustible produit en effet de l'électricité sans qu'aucun moteur ne tourne. La chaleur est également un déchet dans ce cas. Alors que la centrale de cogénération conventionnelle produit deux à trois fois plus de chaleur que d'électricité, la pile à combustible peut générer plus d'électricité que de chaleur.

 

Les chauffages à piles à combustible pour les maisons individuelles sont dimensionnés de manière à ce que le ménage puisse également consommer lui-même l'électricité produite. La production de chaleur est alors si faible que des périodes de fonctionnement en été sont possibles sans gaspillage. En hiver, une chaudière à gaz à condensation assure le chauffage. Il s'agit donc d'un chauffage hybride.

 

Pour un système à pile à combustible, il faut compter un investissement de 30 000 à 50 000 euros (montage compris). En général, la chaudière à gaz à condensation est déjà intégrée. Il n'est pas certain que ces coûts soient compensés par les économies réalisées sur la facture d'électricité.

Conclusion

Parmi les nombreuses options de systèmes de chauffage disponibles aujourd'hui, c’est la pompe à chaleur qui se démarque le plus. Ce système offre en effet des avantages considérables, car il utilise des ressources naturelles telles que l'air, le sol ou l'eau pour chauffer les bâtiments de manière efficace et respectueuse de l'environnement. Ces ressources sont gratuites et leur utilisation via les pompes à chaleur permet de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre pour le chauffage du foyer.

 

Ainsi, les pompes à chaleur contribuent à la transition vers des solutions énergétiques plus durables en évitant la combustion directe de carburants fossiles. De plus, avec une durée de vie relativement longue et des coûts d'exploitation réduits, elles offrent une rentabilité à long terme, malgré des coûts initiaux parfois plus élevés que certains chauffages conventionnels.

 

La pompe à chaleur est un choix judicieux pour les particuliers et les entreprises soucieux de réduire leur empreinte environnementale tout en bénéficiant d'une solution de chauffage efficace et économique car elle est adaptable à divers environnements.

 

Pour déterminer le système de chauffage optimal correspondant à vos besoins spécifiques, il est recommandé de consulter un expert en énergie. N'hésitez pas à remplir notre formulaire de contact pour obtenir des conseils personnalisés : nos experts peuvent vous fournir une perspective réaliste selon votre situation particulière sur l’installation potentielle d'une pompe à chaleur adaptée.

wolf